• Jihadist-Turned-Zionist Makes Case for Israel

     

    Kasim Hafeez spoke before a StandWithUs meeting at Temple Israel in New York City on Nov. 15. Photo: Maxine Dovere

    NEW YORK—In 2000, as a young teenager on a trip to Pakistan to visit family, Muslim ex-radical Kasim Hafeez saw violence praised and “learned” that America, the Jews, and Israel were behind all wars and world difficulties.

    Back home in Nottingham in the United Kingdom, he found hate was rampant. Material was openly displayed in bookstores and the promotion of violent jihad was a routine part of Muslim student activities. He “rather proudly” considered himself a radical.

    At university, he campaigned against Israel, promoting—and believing—that “all evils” trace back to Israel and the United States. He planned to return to Pakistan and join Al Qaeda.

    Alan Dershowitz changed that plan. His book, The Case for Israel, changed the young radical’s plans and altered his life. Although he used all means to discredit the book’s ideas, he found that facts overwhelmed the fiction he had learned.

    “A distance started to emerge,” Hafeez, now 28, tells JNS.org in an interview from the New York City office of pro-Israel education group StandWithUs, which sponsored his recent U.S. trip.

    Dershowitz’s text was the first non-jihadist material Hafeez had read about Israel, and it prompted Hafeez to travel to the Jewish state.

    “I wanted to see the apartheid state,” he said. Instead, Hafeez says he saw “a population as living completely normally—Muslims, Christians and Jews.” All he had been taught suddenly “made no sense.”

    “For the first time, I had some clarity about Israel,” Hafeez says. He returned to the UK and says he knew he had to speak up.

    Hafeez says “there is an awful situation, particularly bad on UK campuses.”

    “Nothing stops the anti-Semitism and the anti-Zionists,” he says. “Now, I am proud to support Israel. It’s the right thing, the moral thing to do… I’m in it for the long haul.”

    Hafeez now regularly speaks with Muslims on campuses and challenges students from similar backgrounds to his to at least “think about it” when it comes to hating Israel.

    “Israel is a great mobilizing point in the Arab world,” he says.

    Hafeez says the media in England “is inherently anti-Semitic.”

    “Among Pakistanis much of the anti-Zionist sentiment is based on Israel’s relationship with India,” Hafeez says. “Kids grow up hating.” The young activist then pauses.

    “I feel lucky,” he says. “I could have been dead. I don’t want people to go down the path of hatred.”

    Hafeez and his family typify the immigrant experience. He notes that his grandparents were “simple working people.” His parents, now divorced, are a Pakistani-born factory worker and a Pakistani-English-born school administrator. He has one sister, a teacher, who is married to an accountant. He studied political science and is now working at Nottingham University. Most of his family is not politically involved—except his father, an admirer of Hitler. Father and son have not spoken for almost a decade.

    Revisiting the initial trip to the Jewish state that changed his outlook, Hafeez says, “When I traveled to Israel, I wanted to see for myself. I really went on a negative research effort: it is difficult to give up what you had been willing to die for, and see that people you had believed to be the oppressors are really not.”

    However, conversations with “shopkeepers, Arabs, people in general” revealed a “normal Israel” to Hafeez, he says.

    “In the UK, hatred and misinformation creates barriers to peace and understanding,” he says. “While I am not saying to everybody ‘Wave the [Israeli] flag,’ I am saying ‘Let’s look at the situation with more balance and understand both sides.’”

    JNS.org asked Hafeez if he feared for his safety, both in England and while traveling. “People who use threats and intimidation are bullies,” he says. “I refuse to deal with a coward like that. There have been some who attempt to threaten, saying ‘Are you that dirty Jew supporter? I simply say, ‘I am a Zionist—with a great upper cut.’”

    What does Hafeez see as the best way to educate?

    “Conversation, connections on a one-to-one basis—It’s essential to get the facts into the arena,” he says. His message is simple: “Don’t hate. It poisons the individual.”

    “No child is born to hate,” Hafeez says. “No child is born an anti-Semite or xenophobic. Israel is not just about the conflict. People are interested in what is relevant to them.”

    Hafeez has brought his message of tolerance and understanding to eight groups in recent months. “People are very surprised,” he says. “It gives people hope. When I speak at campuses with audiences politically, I recognize the hatred and anger that [they have for] me. The moment the hate goes, anything is possible. Hate is destructive to who you are as a person.”

    Hafeez will soon return to Israel to run the Jerusalem Half Marathon. He says his work has begun to influence friends to stop automatically hating Israel.

    “When you are not obsessed with hate, you live a much fuller life,” he says.

    http://www.algemeiner.com/2012/12/02/jihadist-turned-zionist-makes-case-for-israel/

    Encore un qui le dit: Les musulmans devraient prendre Israël comme modèle.

    3103


    your comment
  • Magdi Cristiano Allam

    -

    Michel Garroté, réd en chef – Magdi Cristiano Allam, Italien d’origine égyptienne et musulmane, ancien rédacteur en chef du quotidien italien Il Corriere della Sera, a été baptisé par Benoît XVI en 2008. Tout en poursuivant sa carrière de journaliste, Magdi Cristiano Allam est entré en politique, il est député au Parlement européen. Ci-dessous, son point de vue, exprimé à Paris, en 2012, sur l’islam, cité par LSB.

    Magdi Cristiano Allam : J’ai été un musulman pratiquant à certaines époques de ma vie ; j’ai adhéré à l’islam en tant que religion, identité, culture à d’autres moments. Je me suis même investi pour qu’en Italie puisse exister un islam modéré. Je crois avoir été celui qui, plus que les autres, au cours des années 1980 et 1990, a œuvré pour que l’islam soit perçu comme une religion respectueuse des droits fondamentaux de la personne. Cependant j’ai dû prendre acte du fait que les personnes peuvent être modérées, mais que l’islam en tant que religion n’est pas modéré.

    C’est précisément en raison de mon adhésion aux droits fondamentaux de la personne, aux valeurs non négociables, au caractère sacré de la vie, à l’égale dignité de l’homme et de la femme, à la liberté religieuse, que j’ai été condamné à mort par des musulmans qui, au nom du Coran, au nom de Mahomet, ont dit que j’étais un traître à l’islam.

    Magdi Cristiano Allam : J’ai été invité à participer en tant que nouveau chrétien à cette occasion extraordinaire de recevoir le baptême du Saint-Père. C’était la nuit de la Veillée pascale, le 22 mars 2008. Et j’aimerais que tous les musulmans qui, librement, choisissent de se convertir à la foi au Christ, puissent le faire en effet librement. Qu’ils puissent le faire publiquement, sans peur, sans devoir subir la condamnation à mort pour apostasie.

    Mais il y a eu des critiques, même de la part de certains évêques qui demandaient si c’était vraiment nécessaire de faire ce baptême publiquement, avec les télévisions qui ont repris l’événement et l’ont transmis dans le monde entier. On avait peur. On avait peur, même, d’être pleinement nous-mêmes, ici, dans notre maison. Plus grave encore, c’est à l’intérieur de l’Eglise que d’aucuns ont dit qu’il n’était pas « opportun » de voir un musulman se convertir au christianisme, et que s’il devait le faire quand même, il était préférable que ce soit secrètement.

    Magdi Cristiano Allam : L’erreur qui existe jusqu’à l’intérieur de l’Eglise, celle où on est tombé, c’est de concevoir le dialogue comme sa propre fin, comme si à force de dialoguer, on obtiendra tôt ou tard un résultat positif. Donc il faut dialoguer, dialoguer, dialoguer… Si nous considérons le résultat après vingt ou même trente années de dialogue, nous découvrons qu’aujourd’hui les musulmans se sont fortement implantés en Europe, ils ont un réseau toujours plus étendu de mosquées, d’écoles coraniques, d’organismes islamiques d’assistance, de tribunaux islamiques. Ils sont au pouvoir sur l’autre rive de la Méditerranée.

    Magdi Cristiano Allam : Pendant ce temps les chrétiens dans les pays islamiques sont toujours moins nombreux, ils sont persécutés, discriminés, tués, contraints à fuir ou de se convertir à l’islam alors que les musulmans sont toujours plus forts en Europe. J’ai pris acte du fait que le dialogue n’a pas seulement été une erreur, mais qu’il a été contre-productif. Nous devrions donc réfléchir sur la notion elle-même de dialogue.

    Et retourner vers un dialogue qui ne soit plus une fin en soi mais un moyen de réaliser un but. Je pense qu’il est nécessaire qu’au départ, entre « dialoguants », on soit clair à propos des bases sur lesquelles le dialogue devra s’établir, et que l’on soit clair sur l’objectif à atteindre. Sans quoi nous continuerons de légitimer notre bourreau en puissance.

    Je suis désormais de plus en plus convaincu que l’avenir du christianisme et même de l’Eglise dépendra de la capacité de celle-ci à prendre une position très claire face à l’islam, ajoute Magdi Cristiano Allam.

    Reproduction autorisée

    Avec mention www.dreuz.info


    your comment
  • Israël notre dernier fortin, par Desanti Jean-Marc

     

    « La logique ne s'attendrit pas. »  ( Victor Hugo ) 

    Ainsi la Palestine a obtenu de l'Assemblée générale des Nations Unies le statut d’État observateur et, de suite,  la presse mondiale annonce  «  les représailles  »  israéliennes :  relance de « la colonisation » en Cisjordanie (4 000  logements - Mevasseret Adoumim- créant une continuité territoriale israélienne à l'est de Jérusalem ) coupant de facto celle-ci  ,  « blocage » du transfert du produit des taxes et droits de douane perçus chaque mois pour le compte de l'Autorité palestinienne...

    Et ce n'est qu'un début rendu inévitable par ce qu'on pourrait appeler, non pas la fermeté, mais la logique israélienne, dénuée de toute hypocrisie, c'est à dire la raison en action. Les israéliens ont résolu depuis longtemps, l'équation, non seulement de leur survie ( ils se savent ultra-minoritaires ) mais aussi de la Vie. La vie et son incarnation politique, pour les peuples, dans l'Histoire. L’état d'Israël a été créé, légalement, par une décision juridique internationale. Des systèmes politiques radicalement opposés s'y sont montré favorables. Nous connaissons le contexte et nous en savons les raisons. Or, il ne s'agissait pas, seulement, de la réapparition d'un état juif sur la scène de l'Histoire après des persécutions barbares. Le Sionisme s'était véritablement exprimé durant les combats de l'insurrection du ghetto de Varsovie. Il faut avoir en tête que sur 71.000 personnes restantes sur 450.000 au départ, seulement environ 400  prirent les armes ( 220 selon le commandant  Marek Edelman ) … Les SS avaient prévu 3 jours de combat, la résistance dura 1 mois. Il n'était pas question de « gagner » comme l'exprimait, admirablement,  Wilner : « Nous ne voulons pas sauver notre vie. Nous voulons sauver la dignité humaine. »

    Ce sont ces quelques combattants qui sont à l'origine de  « l'esprit » israélien. Les psychologues, les sociologues, les religieux ou les historiens pourront encore pendant des dizaines d'années disserter sur le paradoxe judaïsme-sionisme, mais s'ils n'ont pas en tête la citation de Wilner, ils s'épuiseront en vains arguments. Ces quelques guerriers du ghetto ont, non seulement, donné foi en l’héroïsme juif mais ont aussi posé le cadre indépassable de toute survie future :  ne jamais chercher à composer avec celui qui a juré votre perte.  Israël est intraitable nous dit-on, tant mieux ! Je sais que l'on préfère voir les médecins israéliens soigner les blessés, opérer gratuitement les enfants et vieillards palestiniens atteints de problèmes cardiaques, aller en Turquie sauver des musulmans victimes de tremblements de terre, incorporer des arabes dans Tsahal, nommer des druzes à l'état-major ou élire une Miss Israël arabe ou des députés musulmans à la Knesset … Je sais aussi que l'on adore les juifs prix Nobel, actrices et acteurs de cinéma, membres de tous les partis socialistes de la planète …

    Mais je redoute que l'on soit pris de passion pour eux surtout lorsqu'ils voyagent dans des wagons plombés. Il n'y a pas de race israélienne, vraisemblablement pas de peuple mais certainement une nation.  Cette nation est dure, intraitable , c'est une nation  « d'élite, sûre d'elle-même et dominatrice ».  Pour une fois je serais tenté d'être d'accord avec « le général », car cette réalité est aujourd'hui ressentie partout comme une insulte, comme une humiliation, comme une frustration. La raison en est très simple. Toutes les nations voudraient être comme Israël. Tous les « nationaux » d'Europe et du monde  savent que l'on devient le propriétaire de la terre que l'on défend avec l'épée. Tous les patriotes savent que reculer devant l'ennemi vous conduit à la mort et au déshonneur.

    La haine ou la colère déployées par les « ennemis » d'Israël repose sur la jalousie. Elle repose aussi sur la lâcheté que l'on veut justifier après avoir abandonné la défense des valeurs de son clan. En réalité, on ne « hait » pas Israël, mais on se dégoûte soi-même de tous ses renoncements, de ses capitulations, des humiliations acceptées au nom d'un confort éphémère. Sparte, ça fait désordre à l'époque du charme de l'appartement « cosy ».  Alors ? C'est la catharsis pour les nations en déclin. Faute de se battre et d'expulser les envahisseurs, on fait de la dramaturgie diplomatique. Les dirigeants français se préparent à abandonner leur Kosovo à Marseille ou en île de France ?  Il faut alors, au préalable, aller dans le sens du courant, là où l'on ne vit jamais un poisson mort remonter la rivière. L'agonie des nations « bobos » passent par la condamnation des derniers samouraïs d'Asie. Ils ne manquent pas de « logique » tous ces dirigeants européens mais singulièrement de volonté. Ils ne manquent pas de volonté, au fond, tous ces peuples de la grande Europe mais on leur a désappris la  « logique ». On leur enseigne l'art de  « Ménager la chèvre et le chou  », « nager entre deux eaux » ou « Brûler un cierge à Dieu et un autre au diable ».

    Bref un dogmatisme mou qui va les conduire dans des wagons plombés, après avoir perdu  la guerre, leur territoire et l'honneur. Dans la langue de Shakespeare, comme pour illustrer une dramaturgie antique, je me dois de redire aux oreilles des collabos : «  Masada shall not fall again ».  Faut-il bien comprendre que plutôt que de capituler, de se rendre, de se coucher, Israël, le pays le plus avancé dans la technologie  « High-frequency Active Auroral Research »  ira jusqu'au bout. Ce n'est souhaitable pour personne, encore moins pour l'Europe et la France car comme disait Danton à Robespierre qui le  voyait passer sur la charrette des condamnés : « Maximilien , tu me suis ! ». Si Israël tombe, c'est l'Occident qui tombe, l'inverse est vrai aussi ; les deux destinées sont intimement liées depuis qu'une secte juive disciple du rabbin  Jésus s'est unie au Paganisme européen pour donner le Christianisme. Alors le choix est impératif, d'autant plus que les « partisans » de  la « Palestine » vendent eux-mêmes la mèche. Un écrivain, talentueux, par ailleurs, vient d'écrire :

    «  Le problème fondamental vient de cette Autorité palestinienne corrompue, faible, pusillanime, minable, qui « Kollabore » avec son occupant sioniste, en maintenant l’ordre en Cisjordanie, en arrêtant les militants du Hamas, du Djihad islamique et du FPLP, en assurant la sécurité des routes réservées aux colons sionistes, en acceptant sans réagir le dépècement de son territoire. »

    Au moins les choses sont claires :  Ne surtout pas toucher au Hamas ! Incompréhensible, mais c'est ainsi. Étant - aussi - très fier d'être français,  je citerai la phrase de l'ami  Alexandre Melnik :  «  Les Tontons flingueurs », quel régal ! Langage, tempérament, gestuelle, ambiance… Le génie français qui n’a pas pris une ride. Voilà une « exception française » que j’aime ! ».

    Donc , Messieurs les antisionistes , je ne voudrais pas vous paraître vieux jeu et encore moins grossier... L'homme de la pampa parfois rude, reste toujours courtois... Mais la vérité m'oblige à vous le dire : vous commencez à nous les briser menu ! ».  A Gaza … Vous les gauchistes à la pensée acnéique, allez vous faire mettre … en prison !  Vous les « juifs » libéraux, allez vous faire mettre … la rouelle !  Vous les homosexuels humanistes, allez vous faire mettre … malgré vous !  Vous les féministes écolos, allez vous faire mettre … un voile !  Et vous, vous les turlupinés de la politique, allez vous faire mettre … Le boomerang va vous revenir dans la tronche !  Gare au gorille !  Comme disait Brassens.

    Jean-Marc DESANTI

    http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-guerrini/041212/israel-notre-dernier-fortin-par-desanti-jean-marc

    Même l'extrême gauche sait être lmucide, parfois...

    3103


    your comment
  • L’ancien chancelier Helmut Schmidt craint que l’Europe ne soit au bord de la révolution



    Double sensation devant les 600 invités du forum du magazine allemand “Die Zeit”. 
    L’ancien chancelier Helmut Schmidt craint que l’Europe ne soit au bord de la révolution. Le vice président de la Deutsche Bank avoue que les profits bancaires sont économiquement insensés.

    La dernière livraison de la Lettre d’information suisse “Horizons et Débats” (N°48, 19 novembre 2012) vient de révéler un événement qui a fait sensation à Hambourg mais sur laquelle l’ensemble des médias français ont gardé le silence.

    Le mercredi 7 novembre, lors du forum économique de l’hebdomadaire de Hambourg Die Zeit, l’ancien chancelier Helmut Schmidt a déclaré, devant 600 invités de l’économie et de la politique, qu’avec la crise de surendettement en arrière-plan, il n’est pas impensable qu’il y aura de profonds changements politiques et économiques. Et cet homme, pourtant ultra-européiste, qui dirigea l’Allemagne à la même époque que Valéry Giscard d’Estaing dirigeait la France, a alors mis en garde : 

    « Nous nous trouvons à la veille d’une possible révolution en Europe. »

    Il fonde cette prévision sur le constat que la confiance dans les institutions européennes a diminué dans toute l’Europe. Pour la Deustche Bank elle-même, les bénéfices des banques sont « économiquement insensés » Au cours du même forum, le vice-directeur de la Deutsche Bank, Jürgen Fitschen, s’est montré autocritique et a qualifié la maximalisation à court terme des bénéfices des instituts bancaires d’« économiquement insensé ». Et d’ajouter : « Elle ne devrait plus avoir lieu, elle nous nuit à long-terme ».

    Quant au ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble, pourtant ultra-européiste, il n’a pas fait mystère de ses doutes, pour ne pas dire de son pessimisme, au sujet de la lutte contre la crise de l’endettement. De façon globale ? « Nous pouvons y arriver…» a-t-il seulement lancé. Et sur la Grèce ? « Nous n’avons pas encore passé le cap….» Voilà quand même un bilan bien mince après deux ans passés à expliquer que le “énième sommet de la dernière chance” avait tout réglé.

    COMMENTAIRES

    La vérité est que la situation est catastrophique, et même pré-révolutionnaire pour parler comme l’ancien Chancelier d’Allemagne Helmut Schmidt. Les responsables du monde politique et économique allemand le disent. Alors que leurs homologues français continuent à prendre leurs compatriotes pour des imbéciles.


     


    your comment
  • Mosab Hassan Yousef, « fils du Hamas » ex-agent du Shin Beth, à propos du cessez-le-feu

    Hamass

    Mosab Hassan Yousef, fils d’un des fondateurs de l’organisation terroriste Hamas et auteur du livre « Fils du Hamas », a déclaré vendredi qu’Israël a fait une erreur en acceptant un cessez-le-feu avec les dirigeants terroristes de Gaza.

    Yousef a passé un certain nombre d’années à l’étranger après une décennie où il a risqué sa vie en travaillant comme agent d’infiltration pour l’agence de sécurité israélienne, le Shin Beth. Son nom de code pendant cette période était « Le Prince Vert ».

    « Ce qui est important est qu’en ce moment il y a un cessez-le-feu et je pense que nous avons besoin de regarder les faits et digérer tout ce qui s’est passé », a déclaré Yousef à Canal 2 News d’Israël lors d’une interview spéciale. 

    « Je pense que le Shin Beth a fait de son mieux », a-t-il ajouté. « N’oublions pas que notre ennemi est un barbare qui utilise des femmes et des enfants comme boucliers humains et dans ces situations nous sommes très limités, parce que nous nous soucions des vies des citoyens innocents ».

    Interrogé sur la possibilité d’une opération terrestre israélienne à Gaza, Yousef a répondu que « peut-être que ce n’était pas le meilleur moment pour une action de ce genre – mais je suis sûr que c’est une possibilité qu’Israël envisage à l’avenir ».

    « Israël ne devrait pas réoccuper Gaza, mais je pense qu’il a la capacité de surveiller les frontières par lesquelles le Hamas transfère des armes », a déclaré Yousef, en ajoutant qu’il pense qu’il pourrait y avoir une autre vague de violence entre les deux parties. « Aujourd’hui, nous savons qu’ils ont plus que jamais de plus grandes capacités. Je suis sûr que cela va nous permettre de préparer l’avenir », a-t-il dit.

    S’exprimant à propos d’une éventuelle possibilité qu’Israël travaille au renversement du régime du Hamas à Gaza, l’ancien agent du Shin Beth a déclaré : « Cette opération est nécessaire, mais nous avons à travailler rigoureusement pour cela. C’est nécessaire non seulement pour Israël – mais également pour l’humanité. Le Hamas est né pour détruire. Il ne peut pas construire ».

    « J’ai peine à croire que le Hamas puisse un jour construire un État moderne », a déclaré Yousef. « J’espère que leurs mensonges seront expliqués au peuple palestinien ».

    Il a félicité l’État d’Israël, en disant qu’ « Israël aide le peuple palestinien plus que n’importe qui d’autre : chaque jour il fournit l’électricité et même les salaires versés aux employés proviennent des banques israéliennes. Il y a également l’aide humanitaire qui entre dans la bande de Gaza ».

    Pour finir, il se tourna vers son père, Hassan Yousef, et d’autres dirigeants du Hamas et a dit, « Je veux dire aux membres de l’organisation, y compris à mon père, qui écoutent cette interview – les braves gens ne se cachent pas derrière les enfants pour tirer des missiles. S’ils avaient encore un peu de courage – ils seraient capables de quitter Gaza au lieu de se cacher comme des rats ».

    Source : Israël Chronique en ligne.

    Mosab Hassan Yousef, fils d’un des fondateurs du Hamas et ancien agent du Shin Beth. Par Elad Benari, Canada – Adaptation française : Hanna © Israel-Chroniques-En-Ligne

    N'est-il pas curieux que lorsque le Hamas bombarde (depuis 2007) le sud d'Israël, personne ne réagit et on n'en parle pas dans la presse. Déjà 800 roquettes rien pour l'année 2012 (avant l'élimination de Ahmed Jabari). Les juifs sont juste bons pour souffrir ou mourir et de préférence en silence. Mais dès qu'Israël réplique et taille des croupières à ses ennemis, la presse de la terre entière se réveille, l'ONU condamne et tout le monde "travaille" à une solution. Quelle hypocrisie !

    Quiconque a pu suivre ces derniers jours l’actualité de ce qui a contraint, une fois encore, Israël à intervenir contre les groupes nazislamistes à Gaza, a pu se rendre compte, jusqu’à la nausée et l’écœurement, à quel point en France les chaînes télévisuelles et radiophoniques françaises, ainsi que les médias écrits, mais aussi les partis politiques, comme lors des conflits précédents, de quelle manière s’est effectué le traitement de cette actualité.

    Une fois de plus, nous avons pu constater comment ces médias, comme dans une seconde nature, s’appliquent à minimiser la responsabilité des groupes islamistes et à majorer celle d’Israël, en déformant, en travestissant, en établissant de fausses symétries, en inventant, en occultant, en inversant, en niant ou en refusant de voir certains les faits dans leur réalité, et ce, pour conditionner délibérément l’opinion publique pour la conduire dans l’erreur, pour l’égarer dans son jugement en la privant de sa liberté de conscience et pour la conditionner dans la haine des Juifs.

    Nous constatons, cette fois encore, à l’occasion de ce conflit, une étrange convergence transidéologique pour condamner systématiquement et méthodiquement Israël ou pour faire silence quand des Juifs en Israël font l’objet de bombardements répétés, intensifs et délibérés sur les zones civiles !

    A se demander jusqu’à quel point de perversion ces médias sont capables de travestir la réalité dans le but de nuire à Israël en particulier, et par voie de conséquence aux Juifs en général !

    Tijl

    A propos du Cessez-le-feu, par Mosab Hassan Youcef

    3055

     


    your comment


    Follow this section's article RSS flux
    Follow this section's comments RSS flux