• Otez ces croix qui heurtent nos susceptibilités...

    Vous souvenez-vous de ce juge de la Cour de l’Ontario (Canada), qui a ordonné en 2006 le retrait d’un sapin de Noël du hall d’entrée d’un palais de justice de Toronto parce que, selon elle, ce symbole risquait d’offenser des non-chrétiens ? Vous rappelez-vous également de cet autre juge, italien celui-là, qui a ordonné en octobre 2003 le retrait d’un crucifix dans une salle de classe d’une école primaire d’Ofena, car « la présence du crucifix dans les salles de classe véhicule l’adhésion implicite à des valeurs qui ne sont pas en réalité l’héritage commun de tous les citoyens » ? Vous n'avez pas oublié cette directrice d’une école maternelle du nord de l’Angleterre qui en mars 2003, avait interdit l’histoire des Trois petits cochons « pour ne pas offenser les élèves musulmans» ?

    Une association maghrébine parisienne, Paris-Beurs-Cités, a adressé il y a une dizaine de jours une lettre à la mairie de Parisafin de demander que soient "...progressivement supprimées des devantures des pharmacies les enseignes en forme de croix"..."ce symbole religieux ostentatoire, vestige d’une époque révolue où la religion catholique était omniprésente dans notre pays" est susceptible de "heurter la susceptibilité des croyants non chrétiens..." et plus grave "Alors que la crise économique accroît les risques d’affrontements intercommunautaires, ces enseignes à forte connotation religieuse pourraient être ressenties par certains comme une forme de discrimination, voire comme une provocation".  Mais ce n'est pas tout, le plus grave est que la demande pourrait bien aboutir si l’on en croit la réponse officielle de la conseillère technique qui indique qu’elle va soumettre la demande à Bertrand Delanoë qui "est très attentif à la bonne entente entre communautés" et qu’il est "pleinement conscient du caractère néfaste de certains anachronismes".

    Rassurez-vous, le paragraphe ci-dessus n'était qu'un poisson d'avil en 2009 sur www.drzz.info, sauf que:

    Un message Internet publié en juillet a lancé un ultimatum mortel aux pharmaciens. En effet, un récent post publié sur le web met en garde les pharmacies du Maroc à propos de l’affichage de symboles en forme de croix. Un mouvement autoproclamé “partisans d’al-Qaida et du djihad” a donné aux pharmaciens marocains un mois pour retirer les symboles de la croix de la devanture de leurs magasins, sous peine de décapitation.

    La réalité rattrappe la fiction !

    Je me demande quand-même ce que serait la réponse de nos courageux édiles en France ou en Belgique si un groupe inconnu auto-proclamé de jeunes-sait-qui maghrébins exprimait le même caprice, néanmoins agrémenté de menaces à peine voilées, et s'ils s'inquièteraient d'exaucer leur voeu ? Car lorsqu'il y a menace, voilée ou pas, on sait qu'il n'en faut pas plus comme justification aux excités de service pour se sentir "provoqués" et pour semer à nouveau de la casse. Comme incitation à la violence, on ne peut mieux faire, et heureusement c'est punissable, quoique... Il n'empêche, quelle moquerie ce serait d'accéder à une telle demande, car dès lors, jusqu'où irions-nous ? Il faudra bientôt effacer les croix sur les boîtes de secours ? A quand l'enlèvement des croix dans nos cimetières ? A quand la destruction des églises ou leur transformation en mosquées, passe-temps favori des islamistes.

    Par paresse, lâcheté ou incompétence, (ou électoralisme) notre société (ou nos politiciens) est devenue incroyablement permissive et laxiste, (ou accomodante)  mais rassurez-vous, il y aura toujours une certaine intelligentsia pour trouver mille et unes explications pour justifier voire rebaptiser cette décadence morale et notre apathie (et la collaboration servile des partis).


    Tags Tags: , , , ,
  • Comments

    No comments yet

    Suivre le flux RSS des commentaires

    You have to be logged on to comment