• Si les "blancs" ont pratiqué l'esclavagisme, ils l'ont aussi aboli, contrairement à d'autres...

    L’esclavage en terre d’islam
    Malek CHEBEL, Fayard éditeur

    Au terme d’une longue enquête, Malek Chebel dresse un constat accablant : l’esclavage a été et reste un fait musulman.

    (…) Ce n’est pas le vocabulaire qui manque en terre d’Islam pour parler de
    l’esclavage. Cette richesse sémantique tranche avec le mutisme qui entoure le phénomène. Un mutisme d’autant plus choquant, aux yeux de Malek Chebel, que l’esclavage a pris des dimensions considérables tout au long de l’histoire de cette région du monde et qu’il reste très présent dans le quotidien de centaines de millions de gens.

    C’est pour briser ce silence assourdissant que l’anthropologue algérien s’est livré à une longue enquête. Le constat final est accablant : «À Brunei, au Yémen, dans les pays du Sahel, chez les Touaregs, en Libye, dans le Sahel tunisien, en Égypte, en Arabie, en Mésopotamie, au Soudan ou à Djibouti, il n’est pas un lieu gagné par l’islam où ne se soit jamais pratiqué le commerce d’esclaves.» (…)

    Une bonne part de la main-d’œuvre servile utilisée dans le monde arabe venait d’Afrique subsaharienne – en Tunisie, le même mot, abîd, désigne indistinctement l’esclave et le Noir… – et tout particulièrement du Sahel, de l’Éthiopie ainsi que de la côte orientale du continent. Mais les Balkans et les steppes de l’Asie centrale furent également d’importants bassins pourvoyeurs.

    Combien furent-ils ? Malek Chebel estime à plus de 20 millions le « volume total de l’esclavage en terres arabes et musulmanes ». Ce nombre englobe aussi bien les captifs de guerre slaves, les concubines et les domestiques circassiennes, que les domestiques noirs achetés à des négriers ou razziés dans les villages du Sahel, les marins chrétiens capturés par les corsaires barbaresques en Méditerranée.

    Les négriers arabes auraient donc fait «mieux» que leurs homologues européens. Les uns ont, il est vrai, sévi pendant quatorze siècles, contre moins de quatre pour les autres.

    Faut-il chercher dans le Coran la cause du mal ? Le livre, certes, accepte que la condition de sujétion des esclaves par rapport aux maîtres soit maintenue en l’état, car l’islam est né dans une région du monde où l’esclavage était quasiment un mode de production.(…)

    Vivement encouragé en théorie, l’affranchissement n’a guère été suivi en pratique. De siècle en siècle, l’esclavage est devenu un fait musulman, s’inscrivant profondément dans les habitudes. Pourtant, c’est un sujet dont on ne parle pas. (…)

    Le pire est peut-être dans l’impact que l’esclavage a eu sur les mœurs politiques du monde arabe. Dans un livre récent, l’universitaire marocain Mohammed Ennaji explique en quoi il a fondé le rapport au pouvoir et donc l’absolutisme qui est encore souvent la règle dans cette partie du monde.

    Une fois le livre de Malek Chebel – dont, curieusement, les médias ont peu parlé – fermé, on ne voit plus la civilisation islamique de la même façon.

    Lire aussi:

    - Jacques Heers, l’esclavage musulman, réédité en Poche prof à la Sorbonne !
    - Pétré-Grenouilleau, qui avait subi les foudres de la bien-pensance !!!!

    Voilà donc encore une facette de cette "religion d'amour et de paix" que nos médias se gardent bien d'éclairer. Beaucoup de Philippins (entre autresq) qui ont travaillé des années comme gens de maison ou comme au-pairs en Arabie Séoudite, à Dubaï ou ailleurs en Arabie, qu'on ne paiera qu'en fin de contrat, dont on a confisqué les passe-ports et à qui on interdit de pratiquer leur religion (chrétienne) sous peine de mort, en ont déjà fait les frais. Au terme de leur contrat on les retient de force, soit on les accuse d'un quelconque méfait pour les expulser du pays, salaire confisqué. Soit elles ont été violées par un de leurs maîtres, et alors elles disparaissent ou on les juge parce qu'elles auraient provoqué l'homme... La situation est telle que les autorités philippines interdisent désormais à leurs ressortisant(e)s d'aller travailler dans ces pays. On peut également dire que les ouvriers qui y travaillent sur les grands chantiers ne sont pas traîtés bien mieux, et les trucs pour ne pas payer en fin de contrat abondent aussi... Et puis, ne voilà-t-il pas que l'esclavage sexuel revient au goût du jour, avec moultes explications d'imâms de toutes sortes sur les bienfaits d'une telle mesure... http://www.ndf.fr/international/27-07-2012/une-autorite-feminine-islamique-favorable-a-lesclavage-sexuel

    Vraiment, avec l'esclavage persistant et latent, et de telles conditions de la femme en islam, que font les féministes? Ou sont passés tous ces droits de l’hommistes et autres bobos bien-pensants qui aiment tant manifester contre Israël ? Voici le sort qui attend les femmes mais aussi les hommes en Occident si nos gouvernements persévèrent dans leur lâcheté vis à vis de l’islam et de ses defenseurs. D'ailleurs, notre futur statut d"'inférieurs" dans la société musulmane porte déjà un nom: dhimmi.

    Tijl

    Si les Européens on pratiqué l'esclavagisme, ils l'ont aussi aboli, contrairement à d'autres...

    2967



  • Comments

    No comments yet

    Suivre le flux RSS des commentaires

    You have to be logged on to comment