• Y aura-t'il bientôt une attaque alliée sur les installations nucléaires d'Iran ?

    Beaucoup, même dans les pays arabes, l'espèrent, mais les dés ne sont pas encore jetés. Pourtant, une frappe aérienne "chirurgicale", c'est-à-dire hyper-ciblée, est-elle encore possible ? Car si le Hezbollah et le Hamas intercalent leurs installations et arsenaux dans des centres de villages/villes bien peuplés, ou pile à côté, voire carrément dans les jardins ou sur les toits d'écoles et d'hopitaux, l'Iran pour son nucléaire va en profondeur et utilise du bon béton armé... Israël, les USA et leurs alliés ponctuels tiennent aussi à éviter les longs engagements sur le terrain, les grands champs de bataille, avec beaucoup de "collateral damages", et donc le risque de s'aliéner une partie de la population iranienne, cette immense population d'où a émergé l'opposition au régime d'Ahmadinejad.

    Tiens, parlons un peu de l'opposition iranienne qui actuellement souffre le martyre sous la répression brutale et sanguinaire des autorités iraniennes. Le silence accomodant de nos médias sur les exactions quotidiennes de cette dictature pourrait la faire croire disparue corps et biens. Mais il n'en est rien, elle se terre, esquive, s'organise, et surtout, croît et se durçit, inéluctablement. Car cette opposition n'était pas le fait d'un groupuscule d'intellectuels ou d'un quelconque petit parti politique, les masses de gens qui remplirent les rues prouvent qu'il s'agit d'une véritablement une lame de fond, et le raidissement du régime ne fera que grossir les rangs de l'opposition. Certains, comme Rafsandjani ont essayé vainement de chevaucher cette lame, mais elle ne lui appartient pas.

    Malgré toutes les belles mises en scène hyper-médiatisées d'Ahmadinejad, gobées intégralement et béatement reproduites par nos médias, quand on observe ce qui se passe dans les rues iraniennes et l'attitude des gens face à l'autorité sous toute ses formes, on peut sans trop se tromper affirmer que la stabilité de son régime est non seulement artificielle mais aussi totalement en porte-à-faux. Donc la quesion n'est pas tellement si ce régime va vaciller, mais quand ! Dés lors, avant les frappes aériennes et la grosse artillerie, Israel essaie d'abord de jouer en finesse, et de saper cet équilibre instable. La meilleure manière est de miner la belle assurance du régime en "neutralisant" un à un des gens importants dans son fonctionnement et son approvisionnement: le traficant d'armes Mahmoud Mabhouh à Dubai, le savant nucléaire Shahram Amiri, etc... Y compris en Iran même: le "pétard" (d'essai?) lancé devant Ahmadinejad, la bombe tuant le chef du programme de drone militaire iranien, gageons qu'il y en aura d'autres... ce qui aura le don de rendre les autorités iraniennes encore plus paranoiaques qu'elles ne le sont, car il y aussi le danger qu'un ou plusieurs opposants excédés se mettent à la disposition des forces étrangères.

    L'Iran a bien compris la manoeuvre, et c'est pourquoi il arme à tout va ses armées par procuration: le Hezbollah, le Hamas et le Fatah, afin que celles-ci déclenchent des hostilités et engluent Israel en espérant qu'il en oublie le programme nucléaire iranien.

    En attendant, l'ancien ambassadeur des USA auprès de l'ONU, John Bolton, vient d'annoncer (le 13 août) que si Israel veut neutraliser la centrale nucléaire avec des frappes aériennes, il ne lui reste plus que 8 jours, car les Russes ont prévu de charger le combustible nucléaire dans la centrale de Bushehr le 21 août. Construite par les Russes, Bushehr est la première centrale atomique d'Iran. Dès que cette centrale devient opérationelle, toute attaque risque de disséminer de la matière radio-active parmi la population iranienne. Pour arrêter le programme nucléaire iranien, il ne resterait plus dans le collimateur des alliés que les usines d'enrichissement d'uranium de Natanz et de Qom, ainsi qu'éventuellement le centre de recherche nucléaire d'Ispahan.

    Les paris sont ouverts !


    Tags Tags: , , , ,
  • Comments

    No comments yet

    Suivre le flux RSS des commentaires

    You have to be logged on to comment